Artistes

Contactez-moi pour toutes informations complémentaires.

Kudditji Kngwarreye

  • Language: Anmatyerre

Kudditji Kngwarreye est né vers 1928 à Alhalkere à la station Utopia, située à environ 270 km au nord-est d’Alice Springs. Dans sa jeunesse, il travailla dans le désert central, voyageant largement comme éleveur et travaillant dans les mines de minéraux et d’or.

Un gardien pour les sites cérémoniels situés dans son pays à la station Utopia, beaucoup de ses peintures se réfèrent à des sites à Boundary Bore, où les cérémonies d’initiation des hommes sont effectuées. Il a commencé à peindre ses peintures d’Emu Dreaming, avec des rangées de rondelles colorées et d’autres «hiéroglyphes» sur fond à carreaux ou en pointillés, en 1986.

Kudditji était le frère cadet de l’artiste renommée Emily Kame Kngwarreye. Il peint seulement avec parcimonie jusqu’à la mort de sa sœur en 1996, après quoi il expérimente un certain nombre de styles gestuels impliquant des coups de pinceau plus lâches et la composition schématique. Cependant, la demande pour son style iconographique masculin plus ancien a amené Kudditji à y revenir, et ce n’est qu’en 2003 qu’il a commencé à exposer les peintures en couleurs saturées de patchwork auxquelles il est principalement associé aujourd’hui.

Sa renommée actuelle repose presque exclusivement sur des travaux de terrain de couleur qui sont invariablement intitulés Mon pays. Dans ceux-ci, les champs de pointillés texturés colorés sont structurés dans une architecture géométrique des carrés et des oblongs. Comme les œuvres de sa célèbre soeur, elles ont été comparées avec celles de plusieurs des plus grands artistes contemporains internationaux tels que Mark Rothko et Philip Guston en particulier. (Quand le travail de Kudditji est apparu aux enchères lors de la vente Deutcher ~ Hackett 2007, un commentateur a utilisé cette comparaison pour noter la vente record d’un travail après la Seconde Guerre mondiale de Rothko’s-White Center, Yellow, Pink et Lavender on Rose chez Sotheby’s à New York) (SMH 19 mai 2007).

Bien que les parallèles entre les expressionnistes abstraits et les artistes indigènes comme Kudditji puissent sembler jouer le rôle de la crédibilité contemporaine de ce dernier, le sentiment sous-jacent est valable. Cela exige un respect égal. Pourtant, il existe des parallèles beaucoup plus intimes à établir entre son style et celui d’Emily. Certainement les deux étaient des maîtres de la couleur. Cependant, la composition géométrique de l’œuvre de Kudditji a un aspect plus formel que les traits linéaires énergétiques ou «dump dump» de sa sœur. À cet égard, Kudditji s’éloigne rarement d’une esthétique masculine strictement autochtone à l’abandon sauvage du travail gestuel féminin. Il y a une «intention» claire lorsqu’il dépose les structures matelassées, aussi lâche et haptique que soit la grille.

Ces travaux résonnent encore fortement avec ses premiers. Ils relèvent toujours de la convention masculine caractéristique d’Anmatyerre, qui consiste à représenter les sites cérémoniels des hommes et, dans le cas de Kudditji, Emu Dreamings. Alors que ses premiers travaux étaient beaucoup plus conventionnels, ils ont été bien reçus et Kudditji a gagné sa vie en tant qu’artiste, après avoir abandonné la vie en tant que stockman. Un déménagement loin de ce style s’est d’abord avéré non rentable, ce qui a entraîné un retour à son style éprouvé. Cependant, avec le temps, l’aboutissement d’années d’expérimentation lui a permis d’attirer l’attention du pays et, plus tard, de se faire connaître à l’échelle internationale.

Emily, Kudditji et d’autres peintres Utopia comme Gloria Petyarre, Minnie Pwerle, Barbara Weir et d’autres, qui peignent rapidement avec un pinceau gestuel ou pointillé ont une chose en commun. Ils avaient besoin de peindre beaucoup de travail sur une période prolongée afin de développer un style vraiment unique et réussi. Ceci est intéressant dans le contexte actuel où les œuvres ‘art centre provenanced’ sont considérées par beaucoup comme ayant une provenance suprême. Des artistes comme ceux-là n’auraient jamais pu sortir des centres d’art officiels avec leurs contraintes financières et leur besoin de répondre aux besoins d’un grand nombre de personnes. Ce n’est que grâce à une liberté d’expression sans limite et à une créativité débordante que leurs carrières se sont épanouies au point de faire partie des artistes autochtones les plus prospères.

Dans le cas de Kudditji Kngwarreye, ses œuvres ont été incluses dans d’innombrables expositions de groupe et pas moins de 10 expositions solo depuis 2000. Loin de diminuer sa carrière, le fait qu’un détaillant à peine dans le pays ne puisse trouver une toile ou deux dans le magasin pour montrer un client éventuel n’a servi qu’à améliorer sa réputation et sa réputation.

Lanita Numina

née en 1973

 

 

Lanita est née à Stirling Station dans une propriété de bétail près de Tennant Creek et a grandi dans cette région.

Elle est membre d’une famille d’artistes doués, sa grande tante était Emily Kngwarreye l’un des artistes Utopia les plus remarquables, ses tantes Gloria et Kathleen Petyarre sont également des artistes cotés ; elle a également été initiée à peindre par ses sœurs.

 

Lanita vivait avec sa mère et ses tantes à Stirling Station près de Ti Tree. Elle a commencé à peindre plus tard que ses sœurs plus âgées.

 

Elle vit principalement avec ses sœurs à Darwin et se rend chez elle pour rendre visite à sa mère Barbara Price Mtjimbana ou pour amener sa mère à Darwin pour les visiter toutes.

Elle continue à être encadrée par ses tantes et les visite souvent pour continuer à améliorer et développer sa technique artistique.

Lanita peint des figues de Bush, des pommes de terre de Bush, des baies de Bush, Dreamingand des femmes et rêve de fourmis miel

 

Bush Tucker décrit la nourriture recueillie par les femmes autochtones qui utilisent des compétences transmises depuis des générations pour trouver de la nourriture dans le désert.

KATHLEEN PETYARRE

Date de naissance : 1930

Lieu de résidence : Atnangker, près d’Alice Springs en Australie

Langues : Anmatyerre Support : batik sur soie, peinture acrylique sur toile

Kathleen est aujourd’hui  inscrite dans le top 10 des artistes Aborigène d’Australie tout comme sa sœur Gloria.

Elle appartient à une lignée de peintres célèbres de la communauté d’Utopia .Son mari  Greenie Purvis Petyarre est également un artiste renommé tout comme ses 7 sœurs. Sa tante Emily Kame Kngwarreye (décédée depuis 2006) est l’artiste autochtone LA plus célèbre et la plus accomplie d’Australie, une de ses œuvre a décrocher un nouveau record en atteignant la somme de 2.1 millions $ en Novembre  2017 dans une salle aux enchères de Sydney.

Le record actuel pour une peinture sur acrylique réalisé par Kathleen Petyarre est  96 00$

Jimmy Spratt

Né dans la péninsule de Cobourg (située dans le territoire du Nord Australien  à 350 km à l’Est de Darwin).

Il Peint les scènes marécageuses  de sa région dans l’art contemporain du « rayons x ».

Style originaire du Nord Est Arnhem land qui converge avec l’art traditionnel dépeignant le faune et   la flore.

Jimmy est venu sur le territoire de l’Australie-occidentale quand il était enfant et y réside depuis.  Son oncle, côté paternel  Sammy Cooper, lui a appris à peindre dans le style du nord Est Arnhem Land.

Les animaux sauvages, les mets du désert  y sont représentés des bords de mer en passant par les plaines marécageuses jusqu’aux escarpements rocheux de l’arrière-pays.

Il y a plusieurs grands escarpements rocheux  dans  l’extrémité nord du pays qui renferment d’importantes traces d’art témoignant de l’histoire ancienne de la culture autochtone .

Ces sites et leurs traces sont le témoigne le plus fort de la connexion  avec les premiers habitants d’Australie.

Gloria Petyarre

née en 1938 à Mosquito Bore, Utopia, Territoire du Nord  .

Sa langue est Anmatyerre typique de la région Atnangkere.

Gloria Petyarre est l’une des sept sœurs qui sont tous des artistes autochtones reconnus, y compris Kathleen Petyarre, Nancy Petyarre, Violet Petyarre et Ada Bird ; On peut également citer leur célèbre tante Emily Kame Kngwarreye (décédée depuis 2006) comme l’artiste autochtone la plus célèbre et la plus accomplie d’Australie.

Gloria Petyarre est aujourd’hui  inscrite dans le top 10 des artistes Aborigène d’Australie les plus réputés.

Sa carrière a décollé avec enthousiasme en remportant en 1999 le très convoité prix annuel australien Wynne Prize for Landscape à la New South Wales Gallery,et devient ainsi la première artiste australienne autochtone à le remporter. Durant sa carrière, Gloria a été quatre fois finaliste pour ce prix ; Le prestigieux  «Telstra National Aboriginal et le Torres Strait Islander Art Award» a également présenté ses œuvres à maintes reprises.

Travaillant aux côtés de sa tante Emily ,Gloria s’est inspirée du succès révolutionnaire de la femme plus âgée et a décidé avec courage d’exploité sa propre expérience pour produire un style distinctif.

Elle a voyagé avec son art dans de nombreux pays et a exposé en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, aux États-Unis et au Japon et bien sûr dans des galeries régionales et commerciales en Australie.
Gloria Petyarre est une artiste primée à plusieurs reprises et très à collectionner. Son implication dans les projets fondateurs du Utopian Art Movement et son statut dans le groupe lui ont donné une place dans l’histoire de l’art australienne, et ses œuvres sont largement collectées et généralement conservées dans les meilleures collections d’art aborigène et musées du monde.
Elle a mis fin à sa carrière d’artiste en 2014 et vit maintenant principalement à Mulga Bore.

AWARDS
1993 – Conception pour la tapisserie pour l’atelier de tapisserie victorienne .;
1993 – Peinture murale pour le zoo de Kansas City; conçue et exécutée avec son mari Ronnie Price
1994 – Commission Tapisserie pour les Palais de Justice, Brisbane, Queensland
1999 – Prix Wynne, Art Gallery of New South Wales.

Anna Pitjara Petyarre

Née en 1965 à Boundary bore, région d’ Utopia ,dans les territoire du Nord.

Elle vient d’une famille d’artistes bien connues, sa défunte mère était Gloria Ngale, qui était une artiste respectée.

Anna Petyarre est lié au fameux artistes chevronnés Emily Kame Kngwarreye et Kudditji Kngwarreye grâce à son grand-père, qui était le frère du père d’Emily et de Kudditji.

Anna Petyarre est aujourd’hui grand-mère de cinq petits-enfants et vie entre Boundary bore et Alice Springs.

Anna a travaillé dans des projets de batik célèbre dans les années 1980 bien que relativement jeune. C’est alors que l’on a découvert l’énorme potentiel créatif.

Anna peint beaucoup d’histoires transmises par son père et son grand-père .

Elle est majoritairement  connue pour ses peintures de Bush Yam mais peint également « Awelye » ou conception de peinture du corps cérémonial, associés à la cérémonie des femmes Alhalkere  (son pays ).

Anna Petyarre est célèbre pour sa finesse artistique même lorsqu’il  s’agit de dessins complexes elle imbrique les éléments avec grand soin, en respect pour la culture traditionnelle Anmatyerre.

Nous pouvons facilement capter la sensibilité et la féminité dans son travail sur toile .

Ces œuvres utilisent souvent des couleurs naturelles, trouver dans la région d’Utopia. Le sable rouge riche, l’argile, ocres

Elle a acquis une renommée grâce à son talent, ses peintures sont maintenant régulièrement acquises par des collectionneurs à travers le monde entier.

 

Collections

 

Mbantua Gallery Permanent Collection, Alice Springs

Solo Exhibitions

 

2004 March – ‘Anna Price’, Mbantua Gallery, Alice Springs

 

Expositions de Groupes

 

1999  DACOU Gallery, Adelaide

1999  June-August, “Caring for Country – Artists of Utopia”, Tandanya, S.A

2000  Mar-April, “Artists of Utopia”, Tandanya, S.A

2000  ‘Women’s Business’, Australian Exhibition Centre, Chicago, USA

2001  Mai-Juillet, “Painting Country”, Tandanya, S.A

2002  ‘Generations’ Japingka Gallery, WA

2002  Gallery USA exhibitions: New City Merchants, Knoxville, TN;

Art and Soul Gallery, Nashville, TN;

‘The Cove Gallery’ Portland;

Urban Wine Works, Portland,

Mary’s Woods, Portland,

2003  Mai, ‘Heart and Soul’, Mbantua Gallery, Alice Springs

2003  Gallery USA exhibitions: New City Merchants, Knoxville, TN;

Art and Soul Gallery, Nashville, TN; ‘The Cove Gallery’ Portland,

Mary’s Woods, Portland,

2003  Octobre –  Art from the Dreamtime,Portland Art Museum, Portland USA

2004  Aout-Sep, Mbantua Gallery USA exhibition; Portland, Nashville, Knoxville, Hartford, Greenwich, New York and Philadelphia

2005  Mars, Yam Dreaming – Atnwelarre, Mbantua Gallery, Alice Springs, N.T

2005  Mai-Juin, ‘Small Wonders’ (A collection of 1’x1’ and 1’x1½’ paintings), Mbantua Gallery, Alice Springs, N.

Selina Numina

Née en 1978 à Stirling Station, près de Tennant Creek .

Elle est allée à l’école primaire  de cette station de bétail, puis elle est allée étudier  au Collège Yirara à Alice Springs et fini au lycée Kormilda à Darwin.

Selina est l’une des six sœurs et trois frères reconnu par leurs talents artistiques.  Tout comme sa  mère : Barbara price Mbitjana. Son Père, maintenant décédé était natif  de la région utopia (désert central).

L’histoire de la médecine peinte par Selina lui a été transmise par son père dès son plus jeune âge.

Selina peint depuis plus de dix ans pour des galeries à travers toute l’Australie, son travail et également collecté à l’échelle internationale par les collectionneurs, les institutions et les amateurs d’art.

En 2010 , elle a participer à une exposition collective sur l’art du désert central à Cairns.

Selina descend d’une longue lignée d’artistes autochtone contemporain du désert ; Plus particulièrement ses tantes, de renommée mondiale : Gloria et Kathleen Petyerre.

Selina peint beaucoup d’histoires de sa famille, la responsabilité de transmettre ses connaissance lui a été attribué pour maintenir en vie les histoires et les pratiques traditionnelles . Selina enseigne actuellement son savoir et ses techniques artistiques à son fils Scott et certaines de ses nièces.

Selina vie principalement à Stirling mais se déplace souvent à Darwin pour voir sa famille.

JONATHON HOCKLEY JABANANGKA

Jonathon Hockley is a Walpiri man , born in 1988 ,

Son of the renowned artist Sonda Turner Nampimjmpa.

The colours Jonathon uses represent his mother contry

Tanimi Desert , during the bush-fire.

He was taught by his mother and his great- uncles

Paddy Carroll Tjungurrayi .

Bob Tjungurrayi and Paddy are two internationally renowned

painters, pioneer on canvas painting.

Jonathon does not paint much but make very fine art work.

 

 

ARTIST:                 Jonathon Hockley Jabanangka

AREA:                             Mount Liebig

LANGUAGE:                    Walpiri

MEDIUM:                Acrylic on canvas

SONDA TURNER NAMPIJMPA

Walpriri woman, was born in the Tanimi Desert in Yuendumu in 1956.

At 10 years old Sonda’s father Paddy Jangala, moved the family to Papunya as a new school was being built there. They took 6 months to walk from the desert country. Then at Papunya School the teacher Geoffrey Barden asked Sonda’s family to paint the toilet block. Then he asked them to paint on paper or old board. In the early 70’s Sonda saw her uncles Paddy Carroll Tjungurrayi and Two Bob Tjungurrayi starting to paint on canvas and sell to the newly established, now internationally renowned, Papunya Tula Art Gallery.

 » I started painting after watching my uncle and my uncle told me
« this is how you’ve got to paint it. You’ve got to paint your grandfather’s Dreaming and your grandmother’s Dreaming and don’t copy other people’s painting or other people’s Dreaming. You get in big trouble. »
My sisters and me started painting and my brother Norman too. Another two brothers didn’t paint.  »

Sonda largely lives and works in Darwin. Like many Aboriginal elders Sonda returns to Country and Alice Springs on a regular basis. Sonda is a character and regular identity around Darwin CBD. She often participates in public events and celebrations.

Unless otherwise stated all paintings are acrylic on canvas.
Unless otherwise stated all paintings have been produced in 2015 or 2016.

Awards:

1986, Canberra Times Art Award

Commissions:
1991 « The Painted Dream », Auckland City Art Gallery, New Zealand

Collections:
Artbank, Sydney. Nation Gallery of Australia, Canberra.
Art Gallery of South Australia. Art Gallery of Western Australia, Perth.
Donald Kahn collection, Lowe Art Museum, University of Miami.
The Holmes a Court Collection, Perth. Malcolm Forbes, USA
The Kelton Foundation, Santa Monica, U.S.A.

Group Exhibitions:
1986, The Third National Aboriginal Art Award Exhibition, Museum and Art Gallery of NT, Darwin.
1990, Art Dock, Contemporary Art from Australia, Noumea, New Caledonia
1991, Central Australian Aboriginal Art and Craft Exhibition, Araluen Centre, Alice Springs
1991, Alice to Penzance, The Mall Galleries, The Mall, London
1991, Australian Aboriginal Art from the Collection of Donald Kahn, Lowe Art Museum, University of Miami, USA.
1992, Tjukurrpa, Museum fur Volkerkunde, Basel.
1993, Tjukurrpa, Desert Dreamings, Aboriginal Art from Central Australia (1971-1993), Art Gallery of Western Australia, Perth WA.
1994, Dreamings – Tjukurrpa: Aboriginal Art of the Western Desert; The Donald Kahn collection, Museum Villa Stuck, Munich

Select Bibliography:
Australian Aboriginal Art from the Collection of Donald Kahn, 1991, Lowe Art Museum, University of Miami, USA, exh. cat
Caruana, W., 1993, Aboriginal Art, Thames and Hudson, London. (C)
Isaacs, J., 1989, Australian Aboriginal Paintings, Weldon Publishing, New South Wales.
Johnson, V., 1994, The Dictionary of Western Desert Artists, Craftsman House, East Roseville, New South Wales. (C)
Premont, R., and Lennard, M., 1988, Tjukurrpa, Desert Paintings of Central Australia, Centre for Aboriginal Artists, Alice Springs.
1993, Tjukurrpa Desert Dreamings, Aboriginal Art from Central Australia (1971-1993), exhib. cat., Art Gallery of Western Australia, Perth.

Lily Kelly Napangardi

Lilly Kelly Napangardi (ou Napangati) est née dans les années 1948 à Dashwod Creek dans les territoires du Nord en Australie. Son père est Sandy Opal Tjananangka et sa mère est Narputta Nungurrayi. Elle s’établit avec sa famille dans la nouvelle communauté de Papunya en 1960 où elle put suivre quelques études.

Lilly commence à peindre en assistant son mari Norman Kelly. Elle peint les motifs évoquant sa région autour de Hasst Bluff et le Mont Liebig ainsi que Papunya et Kintore.

Elle remporte en 1986 le très prestigieux Northern Territory Art Award (aujourd’hui Testra Art Award).

Depuis peu, Lilly a cependant créé la surprise en modifiant sa façon de peindre. A l’aide de points très fins et de tailles différentes elle décrit avec un minimum de teintes (deux, l’une pour le fond, l’une pour les points) les dunes de la région de Kintore et de Conniston, le vent et le désert après la pluie.

On peut reprocher à Lily, tout comme à Ngoia, une production par moments trop abondante.
Mais le succès accentue la demande.

Lorsque Lilly peint sans tensions, sans pressions extérieures, ses oeuvres égalent celles des autres grandes artistes telles que Kathleen Petyarre ou Dorothy Napangardi, dont la technique minutieuse est assez proche de la sienne.

Il en résulte des œuvres mystérieuses aux puissants effets visuels dont cette toile est la parfaite illustration.

Ce nouveau style la propulse sur le devant de la scène artistique australienne.
En 2003, Lilly est finaliste de Testra Award.

En 2006, elle fait son entrée dans la sélection des « des 50 artistes les plus collectionné  d’Australie ».

C’est résolument l’une des artistes montantes en Australie.

Langue: Pintupi/ Luritja

Collections:

Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, Quai Branly, Paris, France

The Kelton Foundation, Santa Monica, USA
Gallery Anthony Curtis, Cambridge, MA, USA

The Thomas Vroom Collection, Amsterdam, The Netherlands
Groninger Museum, The Netherlands

The National Gallery of Australia, Canberra, Australia
Art Gallery of New South Wales, Sydney, Australia

Queensland Art Gallery, Brisbane, Australia

Art Gallery of South Australia, Adelaide, Australia
National Gallery of Victoria, Melbourne, Australia

Museum and Art Gallery of the Northern Territory, Darwin, Australia

The Kerry Stokes Collection, Australia
The Holmes à Court Collection, Perth, Australia : Artbank, Sydney, Australia

Expositions:

1999 Desert Mob Show, Alice Springs, Australia
2000 Graham Marshall Gallery, Adelaide
2001 Desert Mob Show, Alice Springs
2002 Desert Mob Show, Alice Springs
2002 Telstra Awards, Darwin
2003 Telstra Awards, Darwin
2003 Neil Murphy Indigenous Art Showing, Mary Place Gallery, Sydney
2003 Graham Marshall Gallery, Sydney
2003 Telstra Awards
2003 Neil Murphy Indigenous Art Span Galleries, Melbourne
2004 Mary Place Gallery, Sydney
2004 Graham Marshall Gallery, Adelaide
2009 Musée de Sens collaboration, France avec Marc Yvonnou, Nicolas ANDRIN 2011 Mairie du XVIème de Paris, « Aborigène Galerie », Marc Yvonnou, Nicolas ANDRIN

Prix:

* 1986, Remporte le Northern Territory Art Award
* 2000, Remporte le Northern Territory Art Award
* 2003, Finaliste Telstra Aboriginal & Torres Strait Islander Art Award
* 2006, Nommé dans le top 50 des artistes Australian

Rosemary Petyarre Pitjara

Rosemary est née en 1945 à Boundary Bore, situé à 270 km au nord à l’est d’Alice Springs.

Rosemary Petyarre est la nièce de la célèbre artiste aborigène Emily Kame Kngwarreye et sœur de Jeannie Petyarre et demi-sœur d’artistes Greeny Purvis Petyarre et Evelyn Pultara.

Elle est également une soeur de peau à d’autres artistes bien connus dont Gloria Petyarre, Jeannie Petyarre, Kathleen Petyarre, Ada oiseau Petyarre, Violet Petyarre, Myrtle Petyarre et Nancy Petyarre.

Il est clair que Rosemary Petyarre à la peinture dans son sang ; elle fait partie d’un groupe de femmes de Anmatyerre à l’avant-garde du mouvement de l’art autochtone d’utopie sous les encouragements de la renomé Emily Kame Kngwarreye.

Elle  s’est rendue en Indonésie pour apprendre différentes techniques de fabrication de batik ; Un Project d’été parrainé par la CAAMA en 1988-89, c’est alors qu’elle  a commencé à peindre sur toile.

Les totems de ses peintures sont des feuilles de médecine de brousse, le rêve d’igname ou même  les peinture de corps ; Comme une femme du desert, Rosemary Petyarre s’est familiarisé avec la terre et ses espèces abondantes de nourriture «bush  tucker », les plantes médicinales et la faune , ce sont des histoires importantes pour les femmes aborigènes.

Avec sa sœur Jeannie Petyarre hérite  des histoires de ses ancêtres par l’intermédiaire de sa tante Emily et donne naissances à de merveilleuses peintures rayonnante par leur dégradés de couleurs.

Aujourd’hui, Rosemary Petyarre passe son temps entre utopie et Alice Springs.

Elle a acquis une renommée grâce à son talent bien que facilité par sa lignée familiale.
Les Peintures de Rosemary Petyarre sont acquises par des collectionneurs à travers le monde entier.

Expositions Sélectionnées

1989 Utopia Women’s Paintings, A Summer Project
1990 A picture Story, 88 silk works from the Holmes à Court Collection, UK
1993 Central Australian Aboriginal Art & Craft Exhibition, Alice Springs NT

1996, The Meeting Place, – touring exhibition, Australia

1996, Nangara, Stitching Sint-Jan, Brugge, The Netherlands

1998, Dacou Gallery, Australia
2008 Utopia Collection2, Japingka Gallery, Fremantle WA
2014 Desert Song, Japingka Gallery, Fremantle WA

Louise Numina

Née en 1978  à Stirling Station, près de Tennant Creek ;

Elle est allée à l’école primaire  de cette petite station de bétail, plus elle est allée étudier  au Collège Yirara à Alice Springs.

Elle grandi avec ces six sœurs et trois frères.

Après ses études, elle est retournée à Stirling Station en collaboration avec le Programme de développement communautaire.

C’est lors de son retour à Stirling Station qu’elle a commencé à peindre en 1981, en prenant les conseils de ses tantes Gloria et Kathleen Petyarre.

 

Louise s’installe à Darwin en 1995, où elle a reçu une formation au lycée de Nungalinya puis à l’Université  de Darwin où elle a obtenu un diplôme en beaux-arts.

Louise vit à Darwin avec ses deux sœurs, Jacinta et Lanita Numina, qui sont aussi des artistes bien connus d’Utopia.

L’un des totems de Louise est la Plant e Medicinale du désert ; elle exprime sa connexion à la plante dans un style de peinture similaire à sa tante, la célèbre artiste Gloria Petyarre.

En peignant «Bush Medecine leaves», Louise rend hommage à l’esprit de la pharmacie dans l’espoir qu’elle se régénère, ce qui permettra au peuple de continuer à bénéficier de ses propriétés curatives. Le terme australien le Bush se réfère à la campagne et les activités liées à la vie rurale.

Louise à collaborer  avec la styliste  Pia Pradale à Brisbane en septembre 2017, donnant naissance à une collection vestimentaire inspiré par trois des merveilleuses œuvres réalisées  par louise.

Le travail de Louise est exposé à travers toute l’Australie et collecté à l’échelle internationale par les collectionneurs, les institutions et les amateurs d’art.

Sharon Numina

Born: 26/12/81

Region:       Central Desert

Community Centre:    Utopia

Outstation or:       Atnangkere

Language Bloc:       Arandic

Language:     Anmatyerre

Trephina Sultan

Trephina Sultan, épouse du célèbre peintre de brousse  Reggie Sultan, mère de cinq enfants, 2 fils et 3 filles.

Elle est née en 1967 à Alice Springs, elle n’a pas de frère ni de soeur.

Trephina a commencé à peindre dès son plus jeune âge, elle avait l’habitude de s’asseoir et de regarder ses oncles, tantes, cousins ​​et amis peindre pendant des heures.

Elle commença  alors à saisir un bâton et dessiner dans la terre.

Beaucoup des premiers travaux de Trephina sont faits en «pointillisme».

Elle est allé à l’école anglophone à Alice Springs. Même si l’anglais est devenu la première langue de Trephina, on lui a enseigné Luritja, la langue de sa famille et des aînés à la maison. Trephina, selon ses propres mots, avait le meilleur des deux mondes.

La compétence linguistique qu’elle a acquise était très utile à Trephina. Reconnue comme spécialiste de la langue Luritja, elle a travaillé comme interprète et, avec l’aide de ses collègues et le personnel de l’Institut de développement des Autochtones d’Alice Springs, Ils ont contribués de façon précieuse à l’élaboration d’un dictionnaire autochtone-anglais.

Les peintures de Trephina représentent la culture de sa famille.

Pour les peuples autochtones, la création d’œuvres d’art utilisant les ressources naturelles qui les entourent remonte à plusieurs milliers d’années dans la culture autochtone. L’art avait tourné autour du symbolisme et d’un ensemble limité de couleurs, créées par l’écrasement des ocres trouvées dans la région. Une grande partie des premiers travaux ont été trouvés sur des rochers et dans des grottes. Le début des années 70 a vu un changement dans les outils utilisés et un changement de style, avec de nombreux artistes autochtones dépassant les couleurs originales de l’ocre, tout en utilisant le médium moderne de l’acrylique et de la toile «style» qui est synonyme de mouvement artistique aborigène.

Elle a créé un nouveau style de peinture «brush stokes» (les différentes formes d’alimentation du désert)

Trephina comme beaucoup d’artistes, a évolué des couleurs naturelles reflétées dans le paysage de «l’Australie centrale» à l’expansion à un plus grand palais des couleurs. D’autres changements peuvent également être vus dans son travail, alors qu’elle peint timidement dans des traits magistraux de teintes vibrantes, produisant son très populaire ‘Tjanpi Kampanyi’ (Burning Grass)

Elle peint aussi des histoires traditionnelles sacrées qui ont besoin de la permission des Aînés et un rituel en hommage aux ancêtres.

Sandy Walker

Sandy Walker est née en 1956 à Alice Springs.

Sa mère est née à Haastbluff dans le désert occidental du Tanami et son père est né à Oodnadatta en Australie du Sud.

Sandy est maintenant employé par Larrakia Nation dans la division sécurité de l’Outreach .

Il anime également le programme d’ Art sur verre, un atelier artistique tenu à East Point (Darwin) tous les mercredis pour les Autochtones itinérants et sans abri.

Les parents de Sandy sont décédés quand il était jeune, il a ensuite été emmené à Croker Island (Minjalang) en Terre d’Arnhem.

En 1965, la mission a fermée et Sandy a dû venir vivre à Darwin.

En 1967, Sandy est parti en Tasmanie.

En 1968, Sandy est rentré  à Darwin, puis plus tard dans l’état du Victoria pris en charge par une nouvelle famille.

Sandy Walker vit à Darwin depuis 30 ans où il peint des histoires qu’il a apprises de la famille et du pays de sa mère.

« Cette peinture est sur les aborigènes australiens – les premiers habitants – vivant sur le pays.

Ce sont des chasseurs et des cueilleurs. Dans cette peinture, ils collectent dans les buissons de tucker (nourriture native du désert) où l’on trouve également  des fourmis à miel. Les fourmis sont déterrées, ramenées dans des camps de coolamons et partagées. Les larves de Witchetty rôties sur des charbons ardents, les baies de brousse sont également collectées et partagées. Malu (kangourous) et emus sont suivis et chassés pour la nourriture dans le désert central. Les bassins de roche où l’eau est recueillie et les enfants nagent, vivant en harmonie avec Mère Nature. « 

Priscilla Escobar

Priscilla est née à Darwin le 9 février 1977. Priscilla a passé la plus grande partie de sa vie à Darwin.

Elle a été inspirée par la peinture en regardant et en apprenant des membres de la famille et a commencé à peindre à l’âge de dix-neuf ans.

« Dreaming » de Priscilla est le serpent, dont elle a hérité de sa mère et du pays d’Ikuntji en Australie centrale.

Priscilla a exposé sept œuvres en 2004 au Drill Hall Anzac House. Toutes les œuvres ont été vendues. Elle a peint une murale dans le centre commercial de Darwin City, une murale à Whyalla en Australie du Sud, qui illustre un élément océanique. Sa dernière murale peut être vue à Ceduna au A1 Caravan Park.

Priscilla est un exemple d’un jeune artiste émergent qui dépeint les histoires de l’ancienne Dreaming dans un style contemporain, plein de vie et de couleur.

Les huddleston

Les est issu du groupe linguistique Ngardi dans la région de la rivière Roper en d’Arnhem-Est, de part de  son père et sa mère. Il est né à l’hôpital de Penrith NSW en 1959.

Les est allé à l’école secondaire de Darwin.

 

Ma mère, mon père et mon frère aîné ont été emmenés à l’âge de 5 ans à la mission Roper River.

Ils ont fini à Groote Eylandt(arnhem land) puis Emerald River (Queensland) , et  en 1942, lorsque la guerre est venue ils ont été pris par des camions de Darwin jusqu en New South Wales par l’armée australienne jusqu’à Mulgoa, NSW( près de Penrith) .

 

Mon père a fini par travailler au barrage de Warragamba pendant 25 ans, puis notre famille est retournée à Darwin en 1968.

 

Il était important pour lui de visiter et de se connecter avec le pays dont sa famille avait été dépossédée . C’est là Qu’il a demandé la permission et l’orientation des aînés Ngardi et a commencé sa carrière de peintre.

 

J’ai eu de la chance parce que mon père m’a appris comment jouer du didgeridoo et comment peindre et tailler.

Je ne me rendais pas compte de l’importance que cela revêtait pour moi, mais je suis devenu un artiste aborigène accompli et j’ai voyagé partout en Australie et à l’étranger. Ma famille fait partie des propriétaires traditionnels à Roper River de 160km² (100 milles); Nous avons aussi un site sacré traditionnel, dont la famille Huddleston est responsable.

Je peint depuis trente ans et j’ai vendu mes œuvres d’art à des particuliers et des collections partout dans le monde.

La mission de la rivière Roper a été créée en 1908 et est devenue un point focal de nourriture et d’abri pour les personnes dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres dont le mode de vie traditionnel avait été sévèrement perturbé.

Les est de Roper River, mais a passé de nombreuses années de sa vie à Darwin ,ses domaines de compétences comprennent:

-Exposant  Artistique (peinture, sculpture, impressions…)

-Design d’image culturelle

-Animateur d’atelier

Les a pratiqué les activités professionnelles de  professeur et conseiller culturel depuis 35 ans en plus de ses activités artistiques .

Son totem est le poisson chat; Il est acclamé à l’échelle nationale et internationale comme un artiste Aborigène , avec sa polyvalence et ses compétences dans un certain nombres de domaines; Y compris ses célèbres œuvres de sculpture sur glace.

Kenny Reid

Reggie Sultan

Reggie Pepperil Sultan

Né en juin 1955 à Barrow Creek.

Il est allé étudier au couvent d’Alice Springs (école primaire)

Ses parents habitent Marrée en Australie-méridionale avec leurs 14 enfants ( 8 garçons et 6 filles).

Sa mère est une autochtone originaire de Kaititja (région de Barrow Creek) et son père est d’origine Afghane.

Les ascendants paternel sont des chameliers Afghans, son père à participer à l’élaboration de la très célèbre ligne ferroviaire du ghan entre Maree-Oonadatta jusqu’ à Alice Springs dans les années 1900.

Reggie s’est intéressé à la peinture dès son plus jeune âge sur le modèle de son père et ses frères qui réalisaient des paysages dans le style du pionnier Albert Namatjirra qui fut l’un des plus célèbres artistes autochtones.

Reggie a remporté de nombreux prix d’art de l’école jusqu’à devenir un artiste autochtone reconnu, progressant dans le style paysage a l’aquarelle et non figurative  vers l’art  traditionnel où il utilise un fond  moucheté et des symboles.

Reggie a écrit un livre sur son enfance tourmentée, appelé « An enfant incontrôlable ».

Reggie Sultan fournit un aperçu au lecteur différentes approches sur l’art aborigène australien du centre.

Il raconte ses années en tant que pupille de l’État, placé dans un certain nombres d’établissements de rééducation gouvernementale jusqu’à ces 17 ans pour avoir commis quelques actes de délinquance.

Une période difficile où il fut  transféré de foyer en foyer de Sydney en passant par Adélaïde puis Darwin.

A sa majorité, il fut envoyé dans des élevages de bétail dans le territoire du Nord et le Queensland comme ouvrier agricole ; Il continua en parallèle de réaliser des peintures de paysages.

Depuis 1985, il est un artiste professionnel expérimenté utilisant le style de peinture traditionnelle ‘pointillisme’ pour raconter les histoires ancestrales du  pays de sa mère.

Reggie se déplace régulièrement dans le territoire du Nord  pour vendre ces peintures le long du chemin

Depuis son arrivée à Darwin, il a participé à ‘la national Aboriginal Art Awards’ plusieurs fois. Son travail est acheté par des galeries d’art, des collectionneurs entre Alice Springs et Darwin.

Il peint des paysages, des didgeridoos, des peintures traditionnelles et des peintures murales, peintures sur écorces, papiers et même sur tissus.

 

 

 

 

 

kathy arbon

Julie Ann Pepperill

Julieann Pepperill est né en 1968 à la Station de Sterling, Alice Spring, Northern Territory.

Elle est membre de l’un des plus célèbres familles peinture en Australie.

Grâce à son mariage à Paul Janima-Purvis, il est le fils de Barbara Panika et frère des soeurs Numina.  Tantes de Paul sont Kathleen et Gloria Petyarre qui sont célèbres artists.rand grande tante Emily Kame Kngwarreye.

C’est ces parents qui ont enseignés a Julieann la peinture des histoires  du temps du rêve .

Julieann représente les feuilles de l’igname, rendant hommage à l’esprit de cette plante spéciale dans l’espoir qu’elles se régénéreront.

Joy pervis Petyarre

Jeannie petyarre

Jeannie est née en 1956 à Boundary Bore, situé à 270 km au nord à l’est d’Alice Springs.

Jeannie Petyarre est la nièce de la célèbre artiste aborigène Emily Kame Kngwarreye et sœur de Rosemary Petyarre et demi-sœur d’artistes Greeny Purvis Petyarre et Evelyn Pultara.

Elle est également une soeur de peau à d’autres artistes bien connues dont Gloria Petyarre, Kathleen Petyarre, Ada oiseau Petyarre, Violet Petyarre, Myrtle Petyarre et Nancy Petyarre.

Les soeurs Petyarre ont la peinture dans son sang ; elles font partie d’un groupe de femmes Anmatyerre à l’avant-garde du mouvement de l’art autochtone d’utopie sous les encouragements de la renommée Emily Kame Kngwarreye.

Elle  s’est rendue en Indonésie pour apprendre différentes techniques de fabrication de batik ; Un Project d’été parrainé par la CAAMA en 1988-89, c’est alors qu’elle  a commencé à peindre sur toile.

Les totems de ses peintures sont des feuilles de médecine de brousse, le rêve d’igname ou même  les peintures de corps ; Comme une femme du desert, Jeannie Petyarre s’est familiarisée avec la terre et ses espèces abondantes de nourriture «bush  tucker », les plantes médicinales et la faune , ce sont des histoires importantes pour les femmes aborigènes.

Elle dépeint aussi les cérémonies Awelye , réservées aux femmes pour rendre hommage à leurs ancêtres.

Avec sa sœur, toutes deux héritières des histoires de leurs ancêtres par l’intermédiaire de leur tante Emily elles donnent naissance  à de merveilleuses  peintures rayonnantes par leurs contrastes et couleurs,

En 2010, Art Central a été heureux d’inclure des œuvres de Jeannie dans l’exposition « Tradition à la modernité », qui a tourné en Tasmanie.

Elle a acquis une renommée grâce à son talent bien que facilité par sa lignée familiale.

Jeannie a apporté une contribution importante à l’explication de l’héritage des traditions de son peuple et sa région.

Aujourd’hui la carrière de Jeannie Petyarre  a atteint des sommets ses peintures sont acheté par des collectionneurs à travers le monde entier.

Expositions Sélectionnées

2006
Cicada Trading Dubai, United Arab Emirates;

Abu Dhabi, United Arab Emirates;

Paris, France

Exposition annuelle de “lac clair” sur les peintures aborigènes, Houston, USA

Société d’Art de Bahreïn, Royaume de Bahreïn

2005
• Cicada Trading Istanbul, Turkey; Milan, Italy

1993
• Central Australian Aboriginal Art and Craft Exhibition, Araluen Centre, Alice Springs

1990
• A Picture Story – exhibition of 88 works on Silk from the Holmes a Court Collection by Utopian artist’s, which toured Eire and Scotland

1989
• Utopia Women’s Paintings, The First Works on Canvas, A Summer Project
• S.H. Ervin Gallery, Sydney

Collections Sélectionnées

La National Gallery of Australia, Canberra

Le Holmes,  Collection de la Cour de justice , Perth

Gracie Morton Pwerle

Né en 1956 à utopia , et appartient à la communauté Amatyerre du pays d’Alhakere. Elle est la fille de la fabuleuse Myrthe Petyarre .

Elle vie dans les traditions de son pays , guidé par sa mère et sa grand-mère , la collecte de nourriture du désert des le plus jeune âge permettant de vivre en autarcie.

Gracie a tout d’abord été reconnu comme une artiste travaillant sur le support dit’ batik’, exposant son travail avec les autres femmes de sa région  en Australie et sur à l’étranger.

Elle  s’est rendue en Indonésie pour apprendre différentes techniques de peinture ; un projet d’été parrainé par la CAAMA en 1988-89, c’est alors qu’elle  a commencé à peindre sur toile avec des peintures acryliques. Un mouvement « de capture d’histoire » en résultat, en 1989 ces œuvres ont été exposés au musée de culture aborigène d’Adélaïde.

Gracie aime la liberté d’expression  offerte par les supports  contemporains, bien que fidèle aux histoires et techniques de son pays natif. Le pointillisme demande une grande maitrise mais permet de sublimer le travail à travers des symboles traditionnels tout en gardant une part de mystère pour les non-initiés

Eddie Blitner

 

Edward Blitner (Eddie Taiita Blitner) est né en décembre 1964 à Naiyalrindji dans la communauté Ngukkurr sur la rivière Roper, qui est à environ 270 km au sud-est de Katherine, N.T.

La Communauté est maintenant appelé Yugul Mangl.

Beaucoup de bons peintres ont émergés de cette communauté et sont représentés dans la plupart des galeries australiennes et à l’étranger.

 

Edward a fréquenté l’école au Concordia College à Adelaide jusqu’à l’âge de 16 ans.

 Il a cherché du travail en tant que ‘stockman’  homme de ferme à Victoria River sud.

Fait intéressant, Eddie faisait partie de la « Gurunji Walk Off », dirigée par Vincent Lingiarri, le 19 août 1976, pour protester contre le droit des travailleurs des stations autochtones à recevoir des salaires égaux.

 

Edward a commencé à peindre quand il avait sept ans. «Mes grands – pères, Fred, Gerry et Donald peignaient ou sculptaient et nous les enfants nous nous asseyons autour d ‘eux et les regardions meuler les ocres et mélanger les couleurs, après un moment ils nous raconteraient l’ histoire de cette peinture particulière et l’ enseigneraient ainsi que  les chansons et la danse pour cette histoire. Lorsqu’il était de très bonne humeur, il nous a laissé peindre les côtés de l’écorce de peinture, qui a été mon début ».

Le style d’Edward est assez classique, traditionnel. Il produit des peintures «radiographiques».

 

La famille d’Eddie est composée de  sculpteurs et artistes de renom. Il est un grand fabricant de Yiddaki et sa fine sculpteur traditionnel

 

D’autres membres de son clan (Barbil) lui ont appris comment faire des têtes de lance de silex, des boomerangs de chasse traditionnels et le plus important comment chasser, pêcher, trouver le bush tucker et faire la médecine de brousse pour survivre.

 

Il a fallu à Eddy 16 ans pour apprendre à peindre les histoires des rêves, transmissent par son grand-père. Edward est aussi un graveur de bois et un fabricant de didgeridoos (instruments traditionnelles)

Certaines sculptures d’oiseaux d’Eddy s’élèvent à 2 mètres de haut et sont entièrement décorées et sculptées.

 

Eddie à progresser pour devenir un artiste contemporain hautement reconnu. Il a travaillé avec les enfants de plusieurs écoles et des enfants de la rue pour leur enseigner ses connaissances techniques sur la peinture.

 

Eddie est un homme de principes pour les gens de Marra / Alawa connaissant bien les lois.

Il peint les figures Mimi Spirit de son peuple, avec de belles compositions remplies de la technique complexe du ‘cross hatching’, bien connue du Territoire du Nord.

Expositions:

-1998 Telstra Aboriginal Art Awards, Darwin, NT. (Australian Aids Magazine « Blue Bell »)

-1999 Expérience des esprits de rêve, Centre culturel de Darling Harbour.

Promu par l’émission Today. Sydney. NSW.

-2000 Exposition Love Magic, Katherine Art Gallery, tenue à l’Australian Trust, à Sydney. « Point G »

 

Récompense :

-1999 Premier prix Festival culturel autochtone Barunga «One Fire».

 

Interview:

-1999 Interview Four Corners / sortie mondiale.

Colleen Wallace Nungurrayi

Barbara price

Barbara est née en 1950 à Bushy Park Station près de Ti Tree , Territoire du Nord Australien.

Elle a 6 filles et 3 garçons.  Ses enfants et petit enfants sont également des artistes de reconnu « Sœurs de la Numina ».

Elle est titulaire de nombreuses histoires de cérémonie pour le groupe linguistique Anmatjerra. Barbara vit avec sa famille à Stirling Station et continue de leur transmettre ses connaissances.

En tant qu’ artiste aîné et senior, Barbara peint les vieilles histoires de son pays et détient certaines des histoires secrètes de la région du désert Central d’ Utopia.

Malheureusement, son mari est décédé.

Il était un stockman très respecté ;Son statut d’homme de loi lui valais également une attention particulière en ce qui concerne la  culturel .

Il était le frère des célèbres artistes Gloria et Kathleen Petyarre.

Rosemary Bird Mpetyane

Rosemary est la fille de Paddy Bird Jungala (Ngale) et Eileen Bird Nungarai.

Sa grand-mère est  la célèbre Ada Bird Petyarre.

Rosemary est mariée à Clifford Tilmouth et ils ont deux enfants. Ils vivent avec leur grande famille élargie dans la région d’Utopia.

C’est avec les autres femmes de sa tribue que  Rosemary a appris les histoires, les chansons et les danses associées à son pays, Ilkawerne.

Rosemary continua à développer son propre  style avec l’expérience.

Collections

Mbantua Gallery Permanent Collection, Alice Springs

Expositions Paratgées

2002  Art and Soul Gallery, Nashville, Tennessee, U.S.A

2002  ‘The Cove Gallery’ Portland, Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2002  Urban Wine Works, Portland, Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2002  Mary’s Woods, Portland, Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2003  World Vision, Walkabout Gallery “My Grandmother and Me”

2003  New City Merchants, Knoxville, Tennessee U.S.A

2003  Art and Soul Gallery, Nashville, Tennessee U.S.A

2003  ‘The Cove Gallery’ Portland, Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2003  Contemporary Aboriginal Art Event, Umpqua Bank, Portland, Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2003  Mary’s Woods, Portland Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2003  Art From The Dreamtime, Portland Art Museum, Portland Oregon U.S.A (Benefit – OHSU Heart Research Centre)

2004   USA exhibition; Portland, Nashville, Knoxville and Greenwich

Judith Marshal

Judith Marshall est une artiste originaire du désert  central Australien.

Elle vit à Alice Springs, faisant partie de la communauté de Walpiri.

Vivant en dehors de la civilisation Occidental, nous avons peu  d’ information en ce qui concerne ça date de naissance , son éducation , sa place dans la tribue .

Cette peinture montre des  femmes (forme en U = personne vu par-dessus les jambes allongées ) qui broyent des graines de Dampers pour faire des galettes ( forme circulaire devant la femme ).

Les femmes marchent dans le désert pour récolter les graines, les stock dans leur coolamon (équivalent d’un panier)

Elles les ont ramenées au camp et les ont laissées au soleil sécher.

Le jour suivant elles viennent récupérer  les graines  pour les passer à la pierres et  les moudre . Une farine est obtenue, elle sera retravaillée, mélangée avec des fruits puis cuite ( point central représente le feu .

Les femmes fabriquent encore aujourd’hui ces gâteaux damper de manière traditionnelle.

Les galettes de dampers  sont faites pour une cérémonie, les femmes chantent quand elles recueillent les graines.

Il y a des trous d’eau sur le site sacré où se déroule la cérémonie des femmes.

Jacinta Numina

Jacinta est née en 1965 à Stirling Station, près de Tennant Creek .

Elle grandi avec ces six sœurs et trois frères.

Jacinta a reçu une formation au lycée Nungalinya à Darwin et à l’Université Charles Darwin où elle a obtenu un diplôme en beaux-arts.

Elle continue d’être associée à l’Université Charles Darwin produisant des séries de sérigraphies pour la ‘Galerie des Éditions du Nord ‘de l’Université mais également en organisant des ateliers offerts par l’université.

Jacinta vit à Darwin avec ses deux sœurs, Louise et Lanita Numina, qui sont aussi des artistes bien connus d’Utopia.

Jacinta continue d’être encadrée par ses tantes et les visite souvent pour continuer à améliorer et développer sa technique artistique.

Le créateur de mode australien Peter Morrisey a utilisé les dessins de Jacinta dans sa collection 2000 et pour le segment Océanie de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de 2000. (suite…)

Caroline Numina

Caroline Numina est née en 1971.

Elle est allée à l’école primaire à Stirling Station près de Tennant Creek puis elle est partie étudier à Alice Springs au Collège Yirarra.

Caroline a commencé à peindre en 1981, sous la direction de deux des plus célèbres artistes australiens, ses tantes, Kathleen et Gloria Petyarre.

Caroline est l’une des six sœurs et trois frères,tous reconnus pour leurs talents artistiques .Ils contribuentau développement du marché d’Art autochtone contemporain.

Le travail de Caroline est exposé à travers toute l’Australie et collecté à l’échelle internationale par les collectionneurs, les institutions et les amateurs d’art.

Caroline et sa famille vivent à Darwin et voyagent régulièrement pour visiter sa mère Barbara Price Mtjimbana mais également séjourner dans le pays natif de son partenaire.

(suite…)

Pacinta Turner

Pacinta Turner est née en 1999 dans la région  d’Utopia(désert central).

Elle peint « My Country » des cartographie régionales ; son totem est « le rêve des wallaby » dont nous pouvons retrouver les pistes dans ses œuvres.

Les lignes de pointillées dépeignent les sauts de wallabys qui se déplacent la nuit dans le désert près de sa maison.

Sa progression est en partie du à sa grande grande tante , la défunt et internationalement reconnu Emily Kame Kngwarreyeet sa mère Caroline Numina 

Les œuvres de Pacinta sont achetées par des collectionneurs et des investisseurs en Australie et à l’étranger.

Bianca Spratt

Bianca Spratt est née dans la péninsule de Cobourg (située dans le territoire du Nord Australien  à 350 km à l’Est de Darwin).

Son oncle (paternel, lui appris tout comme à son frère Jimmy Spratt ,à peindre dans le style de la terre d’Arnhem. Elle peint depuis plus de quinze ans, principalement des animaux de sa région native.

Elle expose par elle-même dans la région de Perth ; et a participé à divers projets communautaires tels que le festival Mahbilil à Kakadu.

Elle vies entre ces 2 régions, ce qui rend son travail très spécial et inspirant.

Sharon Turner

Sharon Turner est née en 2000 dans la région  d’Utopia (désert central).

Elle peint « My Country » des cartographie régionales ; généralement nous retrouvons en  arrière-plan le totem de sa famille , un lézard  épineux le ‘ thorny devil lizard’ .

Le pays de Sharon a été peint par le défunt et internationalement reconnu Emily Kame Kngwarreye.

Elle est la fille de  Caroline Numina